Composer avec la vigueur du dollar canadien | BDC.ca
>>BDC CONNEX Accès client

Composer avec les fluctuations du dollar canadien

Partager

     Share

11 février 2010

Composer avec la vigueur du dollar canadien

Comme le taux de change entre les dollars canadien et américain fait jour après jour les manchettes dans les bulletins télévisés et les journaux, on serait porté à croire que le pays est peuplé de stratèges du marché des changes.

C'est loin d'être le cas. La plupart des petites et moyennes entreprises exportatrices et importatrices ne disposent d'aucune politique officielle en matière de gestion du risque de change, qu'on désigne aussi sous le nom de couverture de change. Pour illustrer la situation, un sondage réalisé en 2005 révèle que seulement 10 % des petites entreprises québécoises avaient recours à des opérations de couverture pour se protéger du risque lié aux fluctuations du taux de change.

Si, aussi récemment qu'au début de 2009, la chute du dollar canadien profitait aux exportateurs et nuisait aux importateurs, la situation s'est depuis inversée. En effet, la vigueur actuelle du huard comparativement à la plupart des autres devises défavorise les sociétés exportatrices et favorise les sociétés importatrices. Les fluctuations du taux de change sont assurément à double tranchant.

Si votre entreprise est fortement exposée aux exportations et aux importations, il n'est jamais trop tard pour intégrer une stratégie de change à votre plan d'affaires. L'élaboration d'une telle stratégie implique que vous examiniez vos marchés et que vous teniez compte des répercussions du taux de change sur vos activités.

Pour vous aider à planifier, voici quelques stratégies visant à réduire votre risque de change:

Structurer ses activités pour amortir les fluctuations du taux de change

Grâce à une couverture naturelle ou opérationnelle, vous obtenez des avantages directement de vos activités de base et de vos stratégies à long terme. Voici quelques exemples:

Compenser les charges en devises étrangères par des ventes dans la même devise – les entreprises exportatrices peuvent se prémunir contre les fluctuations du taux de change grâce à une couverture naturelle, notamment en compensant leurs charges en devises étrangères par des ventes dans la même devise. Cela revient concrètement à trouver des fournisseurs étrangers.

Ouvrir un compte bancaire étranger – les entreprises canadiennes qui vendent et achètent en dollars US, par exemple, peuvent ouvrir un compte en dollars US pour niveler les écarts entre les devises au fil du temps. Cette méthode permet aux entreprises d'équilibrer leurs rentrées et leurs sorties de devises et de déterminer le meilleur moment de convertir leurs dollars américains en dollars canadiens. Pour les entreprises disposant d'un fonds de roulement suffisant, il s'agit d'une stratégie simple et peu coûteuse.

S'établir à l'étranger – «Une entreprise canadienne qui avait du mal à composer avec la force du huard et qui faisait face à la concurrence chinoise s'est établie en Chine pour tirer parti de la même structure de coûts que ses concurrents, raconte Guy Champagne. En fin de compte, elle a fini par les dépasser tous en raison de la supériorité de sa technologie.» À cet égard, l'internationalisation des activités permet d'aplanir les différences entre les devises et d'augmenter la compétitivité d'une entreprise.

Contrebalancer les fluctuations du change avec des instruments financiers

L'achat et la vente de devises au moyen de contrats à terme (de gré à gré ou standardisés) ou d'options constituent une façon traditionnelle de se protéger contre les fluctuations du taux de change.

«Vous devez connaître votre entreprise et savoir où se situent vos possibilités, soutient Aaron Sinclair, consultant de BDC. Si vous connaissez l'échéancier de vos flux de trésorerie en devises étrangères, vous pourriez couvrir une partie de votre risque de change à l'aide de contrats à terme, et laisser le reste aux aléas du taux de change.»

Votre banquier ou votre cambiste peut vous aider à choisir la meilleure stratégie si vous optez pour l'un ou l'autre des instruments financiers suivants:

Les contrats à terme de gré à gré sont des ententes en vertu desquelles vous vous engagez à acheter ou à vendre un montant donné de devises à un taux de change fixe et à une date précise. Ces contrats prévoient des obligations et, par conséquent, ne font généralement place à aucune souplesse si vos besoins changent en cours de route.

Les contrats à terme standardisés vous permettent d'acheter ou de vendre des devises à un taux de change fixe pendant toute la durée d'un mois donné. Comme ces contrats sont très liquides, ils peuvent être dénoués avant la date de règlement, ce qui vous confère une certaine souplesse.

Les options sur devises vous donnent le droit, et non l'obligation, d'acheter ou de vendre des devises à un taux de change fixe pendant une période précise. Par conséquent, elles offrent beaucoup de souplesse.

Saisir et préserver ses occasions d'affaires

Une période de vigueur du dollar canadien peut s'avérer un moment idéal pour faire l'acquisition de matériel, de technologies ou de services à l'étranger, car vous pouvez améliorer vos capacités et hausser votre productivité au rabais. À cet égard, faire appel à une méthode de couverture peut s'avérer profitable.

«Si vous consentez à acheter du matériel aux États-Unis et que la transaction sera réglée dans 6 mois, conseille Aaron Sinclair, une option peut vous protéger contre toute baisse du dollar canadien au cours de cette période. À l'inverse, si le huard grimpe par rapport au dollar US, vous pouvez laisser l'option expirer et tirer profit de cette remontée.»

Partager

     Share